L’e-sport : nouvelle discipline des Jeux olympiques ?

Quelle nouvelle annoncée par Tony Estanguet, co-président du comité de candidature Paris 2024 ! La montée de cette nouvelle pratique ludique est tellement fulgurante que l’e-sport pourrait intégrer les Jeux olympiques prochainement… Mental, respect et fair-play, les valeurs de ce divertissement sont les mêmes que les disciplines sportives plus « traditionnelles ». S’agit-il d’une avancée naturelle au vu du développement des nouvelles technologies et des comportements modernes de notre société ? Savez-vous vraiment de quoi il s’agit ? Combien de joueurs pratiquent l’e-sport aujourd’hui en France ? Quel est le lien entre l’e-sport et le monde du casino ? Nous faisons le point dans cet article.

Quand l’e-sport crève définitivement l’écran en France

Pratique née à la fin des années 80 grâce aux premiers jeux vidéo en réseaux, le sport électronique, plus connu sous le nom d’e-sport, est devenu un véritable phénomène sociétal.

Si à ces débuts, ce dernier ne touchait qu’une cible restreinte de « gamers », aujourd’hui, l’e-sport s’avère être une pratique populaire faisant rêver plus d’un passionné de sport. Capacité à rassembler, à invertir l’espace médiatique et à se structurer extrêmement rapidement, l’e-sport chamboule les codes du sport moderne. Les spectateurs de ces compétitions sportives virtuelles, qui se jouent seul ou équipe, se comptent désormais par million, les sites de streaming explosent et certains joueurs deviennent même professionnels : une pure folie !

L’e-sport, nouveau créneau des casinos français ?

Si auparavant, nous pouvions entendre de jeunes passionnés de sport raconter qu’ils souhaitaient devenir présentateur et se retrouver derrière un micro à commenter de grands évènements sportifs aux quatre coins de la planète, aujourd’hui, les choses changent. Commentateur e-sport, voici la nouvelle lubie des amateurs de sport 2.0.


« Sans aucune campagne de communication déployée (un seul et unique tweet de DominGo), plus de 3 000 visiteurs ont rempli le théâtre du casino lillois en moins d’une demi-heure ! »

Le succès est donc bel et bien au rendez-vous, tout comme le démontrent les chiffres du Barrière eSport Tour, une compétition se déroulant à Lille en mai dernier : sans aucune campagne de communication déployée (un seul et unique tweet de DominGo), plus de 3 000 visiteurs ont rempli le théâtre du casino lillois en moins d’une demi-heure ! Sans oublier les 50 000 internautes suivant la compétition en direct. L’e-sport serait-il la nouvelle poule aux œufs d’or des établissements de jeu terrestres ?

Le sport électronique aux côtés de la natation, du judo et de l’athlétisme aux JO

Lors d’une récente interview, Tony Estanguet, membre du directoire de candidature Paris 2024 a fortement laissé entendre que l’entrée de l’e-sport pourrait être une possibilité à considérer : « Il faut que nous nous intéressions aux nouvelles pratiques des jeunes d’aujourd’hui. Regardons tout cela, rencontrons les joueurs et voyons si nous pouvons construire quelque chose ensemble ». Cette pratique n’est pas un simple effet de mode, des clubs de football internationaux possèdent aujourd’hui leurs propres équipes FIFA, avec des joueurs professionnels sous contrat.

Il est à savoir que l’entrée d’une nouvelle discipline n’est pas une mince affaire, face au Comité International Olympique (CIO) qui a toujours le « dernier mot », point rappelé par Mr Estanguet. Affaire à suivre lors de la prochaine rencontre entre les dirigeants du monde de l’e-sport et du CIO…

Haut de page